​« La doctrine sociale de l'Église n’est pas une troisième voie entre le capitalisme libéral et le collectivisme marxiste [...] elle constitue une catégorie en soi. » (Jean-Paul II, encyclique “Sollicitudo rei socialis”, 1987).


Livre : L'ordre Social Chrétien - Auteur : Jean DAUJAT



Le terme "ordre" est à comprendre ici par opposition à "désordre"

Voir plus bas le lien/bouton par visionner ou télécharger la table des matières de ce livre.

(Par ailleurs on peut voir/télécharger (en leur entier) d'autres livres de Jean DAUJAT à partir de la sous-rubrique : "DAUJAT Jean - Autres livres et documents" de la rubrique "AUTRES" de ce site internet)


Ce livre est, à ma connaissance, un livre unique faisant la synthèse sur ce sujet important qu'est l'Enseignement social, familial, économique et politique de l'Eglise Catholique, fondé sur les enseignements de saint Thomas d’Aquin et des papes. Ouvrage unique,

  • d'une part parce que c'est un cours complet et pédagogique —(Jean DAUJAT a consacré dix ans de sa vie à rédiger ce cours de philosophie sociale)—,
  • et d'autre part du fait des références exceptionnelles et recommandations (Pape, Evêques, personnalités politiques, spécialistes, intellectuels, etc.) dont l'auteur fait l'objet, ainsi que le livre, (voir dans le paragraphe ci-contre : "Qui est Jean Daujat ?")  


Ce livre est paru en 1970, mais il est, et restera, toujours aussi pertinent et d'actualité, car il enseigne les principes, les fondements et finalités respectives des diverses entités : la famille, la société politique, les corps intermédiaires, etc.
J'ai ajouté, dans le paragraphe ci-contre, dans un autre document, les recensions faites par Jean Daujat, et son successeur Claude Paulot, sur les écrits des Papes qui sont parus depuis 1970 sur cet Enseignement social de l'Eglise. Les encycliques sont, en tant que telles, d'une richesse incomparable ; mais je crois que l'on peut dire, au plan du cours contenu dans ce livre, qu'il y a déjà tous les principes des questions qui deviennent encore plus préoccupantes aujourd'hui que par le passé, en particulier dans le domaine de la bioéthique, la mondialisation, la Finance. 

Courts extraits du livre : 

  • « L'ORDRE SOCIAL, c’est-à-dire LA SUBORDINATION DES ACTIVITÉS INDIVIDUELLES À L'OEUVRE COMMUNE ET DES INTÉRÊTS PARTICULIERS AU BIEN COMMUN. On voit par là que le véritable ordre social est un ordre dynamique et vivant qui se trouve dans les activités humaines elles-mêmes ordonnées au but commun.
Il ne faudrait donc pas confondre l'ordre social ainsi défini avec ce qu'on appelle quelquefois "l'ordre"  et qu'on devrait appeler plus précisément l'ordre établi, c’est-à-dire avec la réalité statique de la répartition des situations et des fonctions dans l'oeuvre commune. Une certaine stabilité de cette répartition constitue une condition de l'oeuvre commune qui ne pourrait pas se réaliser si chacun changeait tout le temps de situation et de fonction, mais [...] ».
  • « [...] les principes chrétiens de la vie sociale [...]:

1). Le christianisme apporte une prise de conscience accrue de la solidarité entre les hommes qui les porte à s'unir et à collaborer en une multitude d'associations en acceptant les disciplines nécessaires pour cela, et c’est ce qui manque dans les conceptions individualistes et libérales ;
2). Le christianisme apporte une prise de conscience accrue de la valeur personnelle unique de chaque homme qui ne doit jamais être traité en simple instrument de travail ou en rouage d'un mécanisme collectif mais s'engage librement en de libres associations, et c’est ce qui manque dans les conceptions socialistes, collectivistes, totalitaires ».


​********************************


Quelques remarques personnelles sur ce livre de Jean Daujat :


1). La 1ere partie est plus difficile que les autres :

La première partie : PRINCIPES FONDAMENTAUX SUR LA DESTINÉE HUMAINE, peut paraître difficile à ceux d’entre-vous qui n’auraient que peu de formation en philosophie. Je pense, bien que son contenu soit important, que pour ceux qui auraient des difficultés, elle peut être sautée dans un premier temps. Le reste est plus simple ; et pour le reste aussi, on peut lire telle partie ou tel passage et sauter tels autres suivant ce qui vous intéresse en premier lieu, même si bien entendu il est souhaitable de tout étudier, en séquence, de bout en bout.

Pour ceux qui sauteraient cette première partie il y a, en ce qui concerne les autres parties, en particulier les phrases qui utilisent du vocabulaire philosophique concernant les « quatre causes » qui risquent de leur paraître un peu « curieuses ». Par exemple lorsqu’il sera dit : « cause matérielle », ou : « cause formelle », ou : « matériellement », ou : « formellement », ou : « substantiellement », sachez que cela a un sens philosophique précis et que cela n’a rien à voir avec les dérives qui ont été introduites dans le sens courant de ces termes. Ainsi par exemple, en philosophie, il y a aussi des « substances spirituelles », et pas seulement des substances « matérielles ». Mais pas de panique ! pour l’essentiel vous pourrez tout comprendre, même si c’est moins profondément que lorsque vous aurez étudié, si vous le souhaitez, un peu plus la philosophie (je vous conseille évidemment le livre : « Y a-t-il une vérité ? », présent aussi sur mon site internet).
 
2). Les principes, et non des solutions « toutes faites » :
 
Quand, il y a une trentaine d’années, j’avais suivi le cours qui correspond à ce livre, j’avais été un peu surpris et déçu. C’était l’époque du « Programme Commun de la Gauche », avec François MITTERRAND et Georges MARCHAIS (et puis ensuite il y a eu de nombreux autres programmes précis, de Droite comme de Gauche) et je m’attendais à trouver dans « La Doctrine Sociale de l’Eglise » un/des programme(s) détaillé(s).  Or rien de tel. Avec le recul je me rends compte de la sagesse de l’Eglise, car tous ces programmes précis de nos politiciens sont (à ce jour), souvent, et au moins en partie, démagogiques/mensongers et irréalisables, coupés du réel. Je me suis rendu compte surtout qu’il n’est pas dans le rôle de l’Eglise, en supposant que cela serait possible, de donner des programmes détaillés. L’Eglise Catholique, au plan social et politique, enseigne les grands principes, les fondements et les finalités des diverses entités, principes que nous connaissons souvent au moins en partie, et ne donne pas de solutions toutes faites (précisément parce qu’il est laissé, comme il se doit, une grande liberté pour le choix des solutions, en fonction des temps, des lieux, des personnes, etc. .) ; en revanche si l’on pense et agit en dehors de ces principes, les conséquences seront mauvaises, et l’expérience nous le montre bien.


Cliquer ici pour visionner (clic gauche) ou télécharger (clic droit) la Table des matières de ce livre


Qui est Jean DAUJAT ?


Voir le contenu du chapitre de même nom, dans la sous-rubrique : "DAUJAT Jean", de la rubrique : "Religion"​


***************************

Extraits des recensions, par Jean DAUJAT et Claude PAULOT, des écrits "sociaux" des Papes
de 1970 à nous jours



Cliquer ici pour visionner (clic gauche) ou télécharger (clic droit) le document